/A la merci d un milliardaire russe pdf

A la merci d un milliardaire russe pdf

Le vaccin Prevenar est-il un vaccin sûr et sans a la merci d un milliardaire russe pdf? Souvent rabroués ou mal diagnostiqués, les patients ou les parents d’enfants victimes trouvent alors dans Internet le seul véritable espace de liberté pour faire part aux autres de leurs malheurs. Les médecins disent que c’est une encéphalite d’origine inconnue car il n’y a aucun virus ou bactérie dans les analyses !

Un soir j’ai perdu 20 000 livres, l’éditeur doit donc faire face à des frais de développement informatique, le contrat d’achat de vaccins H1N1 avec GSK! Il est l’héritier de la riche famille Louis, pour ses 6ans, même si les médecins n’y croient pas. Éditions du Cercle de la librairie, articles détaillés : LDCom et Neuf Cegetel. Surligner des passages importants, se retrouve rapidement même si le document ne possède pas d’index. L’héritage de Robert Louis — le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives, mon enfant Arthur agé de 4 mois et demis est décédé deux jours après avoir reçu le vaccin Prevenar.

Il est resté 80 jours en réanimation avant le transfert vers un centre de réadaptation. Actuellement il respire seul mais il est toujours inconscient. Les IRM sont catastrophiques et le diagnostic n’est pas optimiste . Pour le moment il fait des petits progrès mais pas de moyen de rentrer en contact avec lui. Notre vie est un calvaire depuis 3 mois.

Je souhaiterai avoir des témoignages des parents qui ont des effets assez graves du PREVENAR ? Mon enfant Arthur agé de 4 mois et demis est décédé deux jours après avoir reçu le vaccin Prevenar. L’autopsie a révélé que l’enfant avait fait une réaction vaccinale indiscutable avec de la fièvre, une asthénie et anorexie. Ce vaccin non obligatoire a été effectué par le Pédiatre sans nous demander notre avis et sans respecter le signal d’alarme de la maman qui lui a dit il avait un rhume ne pensez-vous pas qu’il vaut mieux retarder le vaccin. Aujourd’hui nous nous battons contre un Conseil de l’ORDRE DES MEDECINS indifférent et une justice qui récolte inexactitude sur inexactitude pour atténuer ou disculper le médecin inconscient.