/Regle jeu de go pdf

Regle jeu de go pdf

On appelle règle de jeu l’ensemble des principes qui régissent les conditions de déroulement d’un jeu jusqu’à la victoire. Ce chapitre décrit le thème du jeu quand il en existe un. Dans le cadre d’un jeu thématique, l’auteur y explique éventuellement l’esprit qu’il souhaite regle jeu de go pdf les joueurs adopter. Dans le cas du jeu de rôle, s’y ajoute fréquemment une explication de ce qu’est ce type de jeu, parfois sous la forme d’un exemple de partie.

La règle donne la liste du matériel nécessaire au jeu. La plupart du temps, pour les jeux de société en particulier, ce matériel est joint à la règle, dans une boîte ou un sachet. Plus rarement, le jeu a bien une règle conventionnelle, mais le matériel n’est pas soumis à une liste limitative. Ainsi, pour Action ou vérité ? Cependant, le jeu peut s’essouffler par manque de variété dans les actions : il vaut mieux donc avoir quelques accessoires pour stimuler l’imagination.

Une explication succincte ou complète des conditions de victoire est donnée. Lorsque le but du jeu est difficile à expliquer complètement avant de connaître les mécanismes de jeu, il est souvent expliqué succinctement et rappelé en fin de règles. La règle établit le nombre de joueurs et éventuellement leur association en équipes, fixes ou tournantes. Dans Intrigues à Venise, les joueurs sont associés deux à deux mais ils ne savent pas au début de la partie avec qui. Il faut qu’ils le découvrent pour trouver ensuite leur objectif final. De même à Linq bien que l’objectif soit ici connu dès le départ. Mise en place, distribution des éléments de jeux aux joueurs ou sur la surface de jeu.

La situation initiale peut varier par un mécanisme aléatoire sans que cela implique que le jeu soit régi par le hasard. Les mélanges sont fréquents : par exemple, à La Vallée des mammouths, on tire ses cartes au sort, mais on se place librement sur le plateau. Certains jeux donnent des situations de départ symétriques, de sorte que seul le talent du joueur entre théoriquement en ligne de compte. D’autres créent volontairement des déséquilibres pour corser le jeu : dans ce cas, les conditions de victoire sont adaptées pour compenser l’écart. Enfin, quelques rares jeux comme Space Hulk sont fortement déséquilibrés, et chaque partie se joue en deux manches, en inversant les rôles.

Au début de la partie, l’espace de jeu est vide, on va le remplir au fur et à mesure. Un placement unique a été fixé par la tradition ou par le créateur du jeu. C’est le cas des Échecs et de toutes leurs variantes ou presque. Si les joueurs sont d’accord, ils peuvent se répartir librement les places, factions ou accessoires du jeu. C’est bien sûr surtout vrai pour les jeux où la différence n’est qu’esthétique.

Même un jeu sans hasard comme Diplomatie y fait appel pour le choix des camps, car la situation de départ y est intentionnellement déséquilibrée. Dans ce cas, la situation initiale dépend d’une situation historique ou tirée d’une fiction. Chaque joueur annonce un prix qu’il est prêt à payer, ou un objectif qu’il est sûr d’atteindre, et en tire des avantages comme celui de jouer le premier ou de choisir ses pions. Ce mode de détermination est assez rare, on préfère le plus souvent des enchères en cours de partie – comme à Tikal. Conditions de fin de manche et mise en place de la manche suivante. Dans la quasi-totalité des jeux, un contrat implicite ou explicite interdit aux joueurs d’avoir recours à des artifices extérieurs au jeu. Ce n’est cependant pas toujours le cas : au Poker, et dans tous les jeux de bluff, le mensonge et même l’intimidation sont des outils reconnus, dans les limites de la sociabilité.

Même dans le cadre des règles, chaque groupe de joueurs peut développer un style, qui conditionne le déroulement des parties. Pour reprendre l’exemple de Dune, les joueurs peuvent tendre soit à économiser sur les cartes Traîtrise, soit à se les disputer durement, selon l’idée qu’ils se font de leur importance. Cette tendance locale porte parfois le nom de méta-jeu ou simplement méta. La règle précise comment la partie se termine et les conditions de victoire. Un joueur qui met fin à la partie n’en est pas nécessairement le vainqueur. Une partie peut se terminer dès qu’un joueur atteint le premier un but ou objectif fixé en début de partie. Il peut s’agir de capturer ou menacer de capturer une pièce comme au jeu d’échecs, d’atteindre un certain nombre de points de victoire, de compléter une ligne comme au loto, etc.

Pour gagner, le joueur doit éliminer toutes les pièces de son ou de ses adversaires. C’est par exemple le cas aux dames. Dans les jeux à plus de deux, il est possible d’éliminer un adversaire sans éliminer toutes ses pièces, généralement afin de les réutiliser, comme au Djambi. Certains jeux se terminent lorsqu’un des joueurs découvre la réponse à une question, éventuellement à la suite de la découverte d’indices suffisants. Cluedo est le plus connu, s’y ajoutent Mastermind, Éleusis et certains scénarios de jeux de rôle.

De nombreux jeux consistent en une course à l’issue de laquelle il faut être le premier à amener à l’arrivée son pion ou un certain nombre de ses pions. Le but du jeu est de construire une structure définie par la règle du jeu. Chacun réussit généralement à créer une telle structure et le vainqueur est celui qui y réussit le mieux. Lors de l’évaluation de la structure, certains bonus sont parfois donnés selon des critères de regroupement ou au contraire d’éloignement, d’unité de couleur ou de hauteur, etc. Il peut s’agir de jeux abstraits comme le jeu de go ou le Tic Tac Toe, ou de jeux de simulation comme Chinatown.